Monthly Archives: mai 2017

L’Académie des Arts du Feu

Au même titre qu’une école de danse ou d’arts martiaux, l’Académie des Art du Feu est la première institution au Canada à vous enseigner le maniement du feu dans un cadre artistique et récréatif.

Pourquoi avoir contacté l’AARTEN ?

Je les ai contactés afin qu’il m’accompagne à l’accomplissement de mon projet qui est l’Académie des Arts du Feu.

Qu’est-ce qui vous a poussé à entreprendre une carrière artistique?

Mon enfance. J’ai eu la chance de grandir au sein du plus grand spectacle de pyrotechnie au Canada, j’ai développé une véritable obsession de la pyrotechnie et des arts du feu.

Où vous voyez-vous dans 10 ans ?

Mon objectif dans 10 ans, c’est que l’académie soit reconnue à l’international comme un modèle d’entreprise. Que cela inspire la communauté internationale des artistes de feu à recréer les lieux de formation. Faire en sorte de faire prospérer la communauté à l’internationale.

Rétrospectivement, trouvez-vous que votre carrière/projet a bien avancé ?

Absolument, malgré les difficultés du domaine de la pyrotechnie, l’Académie des arts du feu devient une réalité de plus en plus visible après chaque rencontre avec l’AARTEN.

En vous basant sur votre expérience, où trouvez-vous votre inspiration ?

Je me base sur les différentes expertises complémentaires des personnes qui m’entourent. C’est, selon moi, la base de l’inspiration artistique.

 

[dropcap][/dropcap][highlight]Profitez d’un cours gratuit de 2 heures avec l’Académie des Arts du Feu.  Inscrivez-vous ![/highlight]

 

 


Contact

Julien Constantineau, Fondateur de l’Académie des Arts du Feu
514 817 2308
info@academiedesartsdufeu.com

[button text= »Site web » link= »http://academiedesartsdufeu.com/fr/ » style= »warning » size= »normal » target= »_self » display= »inline » icon= »no »][button text= »Facebook » link= »https://www.facebook.com/Academiedesartsdufeu/ » style= »info » size= »normal » target= »_self » display= »inline » icon= »no »]

 

Philippine Soulié

Bénévole à l’AARTEN depuis janvier 2017, Philippine Soulié est la Chargée des Relations Publiques (AARTEN). L’AARTEN profite de ses efforts pour augmenter sa visibilité médiatique pour ainsi faire profiter de ses services au plus grand nombre.

Qu’est-ce qui vous a poussé à vous impliquer au sein de l’AARTEN ?

Je suis détentrice d’un Baccalauréat en Sciences de la Communication de l’Université de Montréal et bientôt d’une Maitrise en Affaires Internationales du HEC Montréal. Vous comprendrez donc que ces deux dernières années ma formation en communication a quelque peu été mise de côté (à mes dépens). Il s’agit de quelque chose auquel j’ai voulu remédier car la communication me manquait au quotidien. Aussi, j’avais déjà effectué un stage en communication auprès d’un OBNL représentant une artiste multidisciplinaire. J’ai donc dû apprendre à m’occuper des communications avec un budget très réduit, ce qui est, en fait, très intéressant puisque cela nous pousse à contourner la manière « traditionnelle » de communiquer et à trouver des moyens alternatifs pour essayer d’arriver au même résultat que si nous avions le budget d’une entreprise bien établie. L’AARTEN a croisé mon chemin grâce à Noémie Lambertini, l’actuelle responsable des communications. Nous nous sommes rencontrées au Baccalauréat il y a maintenant presque 5 ans et sommes restées très proches. En décembre 2016, elle m’a proposé de faire partie de l’équipe de communication, ce que j’ai accepté avec grand plaisir. La situation de l’AARTEN, jeune OBNL, était telle qu’il fallait créer et développer tous les d’outils de communication : un challenge important, mais que j’ai souhaité relever avec cette équipe qui me semblait très soudée et désireuse d’aider les artistes/artisans à développer leur projet. J’avais donc conscience que les moyens octroyés à la partie communication étaient assez réduits mais savaient comment composer avec cette dimension et regardez le résultat aujourd’hui, nous avons fait un grand bond en avant !!

Quelles sont vos fonctions au sein de l’AARTEN? 

Je m’occupe principalement des relations publiques. En somme, je m’efforce de faire avancer le volet média comprenant la rédaction de communiqués de presse, le démarchage téléphonique, l’élaboration de la revue de presse et la mise en place d’entrevue pour l’AARTEN. Je suis aussi en charge de l’infolettre mensuelle (INFO-AARTEN) dont toute l’équipe est très fière et de la rubrique Facebook [2 minutes avec …] ! Et pour finir, j’ai récemment commencé à mettre un pied dans le projet de développement de partenariats.

Quel artiste célèbre auriez-vous voulu être ? Pour quelles raisons ? 

J’aurais (tellement) voulu être un artiiiiiiiiiiiiiiiiste (comprenez la référence héhé) mais surtout faire de la musique. L’artiste que j’aurais voulu être est donc Beyoncé ou Queen B pour les intimes (oui oui on s’appelle souvent pour se donner des nouvelles). Je trouve que ses albums évoluent très bien avec le temps. Son implication pour la communauté afro-américaine et son dévouement pour le féminisme en disent long sur la personne qu’elle représente et sont des initiatives louables surtout dans le contexte actuel mondial. Je la considère comme un modèle pour tous les jeunes qui écoutent ses chansons puisqu’elle dénonce et se bat pour les droits fondamentaux de certaines minorités. Elle essaie de faire bouger les choses à son échelle et je lui suis très reconnaissante d’amener ces sujets dans la culture populaire permettant une prise de conscience de certains enjeux auprès d’auditeurs du monde entier.

Quelle activité artistique pratiquez-vous dans votre temps libre ? Pouvez-vous nous en dire plus sur les raisons qui vous ont poussés à commencer celle-ci ? 

Pour être tout à fait honnête, je ne pratique pas d’activités artistiques dans mon temps libre… Pourtant ce n’est pas faute d’avoir essayé étant plus jeune : j’ai notamment suivi des cours de dessin mais les rendus étaient de loin les plus laids de toute la classe! Je me suis résignée à ne pas faire subir aux autres la vue de ces horreurs mais je suis une grande passionnée de musique. En effet, je tiens cela de mon père qui a toujours fait en sorte d’élargir mes connaissances musicales. C’est quelque chose qui est resté en moi puisque je suis encore aujourd’hui toujours à l’affût de nouveautés musicales, peu importe le genre! Je suis très sensible à l’art en général. Je trouve ça incroyable qu’une telle variété de personnes puisse s’exprimer librement à travers des supports aussi différents les uns que les autres. « Ressentir » et « Comprendre » sont les termes que j’emploierais pour décrire mon inclination à l’art.

Philippine Soulié, Chargée des Relations Publiques (AARTEN)